dimanche 15 avril 2007

Ode à la simplicité


Ma sensibilité esthétique est éclectique.
Néanmoins, je suis davantage touché par l'expression de la simplicité.
Le graphisme de Rothko, Le blues des Stones, Brancusi, Le Dom Pérignon 1999.
What else ? la simplicité brutale de NTM, et les sonates pour Piano par Gould, évidemment.

6 commentaires:

Anne a dit…

Raïe-aïe-aïe le frimeur (je me venge bassement ;-)! Gould, le Dom Pérignon 1999 ... Mais bon ... mais bon... Je comprends donc ton point de vue sur Grégory Forstner. Même si l'on ne peut pas dire non plus que son travail soit compliqué... Sa peinture n'est pas immobile, elle est narrative (pas bavarde), elle est variée. Ce n'est pas de la complication. De la complexité, peut-être.
Bref, moi j'aime bien La Fontaine (et Oesope avec œ pour la super-frime, même si j'ai dû en lire 3 lignes dans les notes de bas de page de mon édition de collège des Fables de La Fontaine)!

Isaac a dit…

Effectivement, c'est très bas ...
Ok pour reconnaitre la qualité du travail, mais pas son impact, me concernant.
Le Dom Pérignon 99, lui, impacte
;-)

bno a dit…

il me semble que quelqu'une a quelquechose a se faire pardonner ... le Dom Perignon me semble un parfait alibi

Anne ma soeur anne ne vois tu rien venir ? ;)

Anne a dit…

Mais non, rien! je n'ai rien du tout à me faire pardonner ... et je ne me sens pas du tout visée ... (si? je devrais?hmmmm) ... en revanche je veux bien qu'on m'offre un verre de Dom Perignon!

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
bno a dit…

Aussitot dit aussitot fait ?
Isaac .... devrais je dire maitre !?