dimanche 7 décembre 2008

De la réforme de l'audiovisuel public


ça me dépasse totalement. Pas vous ?

Personne ou presque ne soutient cette réforme. Et le gouvernement s'entête avec une constance qui ne s'explique que par son désir de ne montrer aucune manifestation de faiblesse.

Pourquoi je ne soutient pas la réforme ?

Argument n°1 : ce n'est pas le moment.
Nous vivons l'une des crises financières les plus graves de l'histoire, alors franchement n'était-il pas raisonnable (et décent) de décaler ces discussions qui occupent une assemblée que nous préférerions tous voir plancher le plan de relance et les mesures à prendre dès maintenant.

Argument n°2 : pour le processus de nomination du patron de France Télévision.
Suite à la réforme, il sera nommé en conseil des ministres, autant dire par le président qui sera donc son patron direct. Welcome back to the ORTF. Invraisemblable.
Alors, bien sur, on nous dit au gouvernement que, et bien, cela met fin à une hypocrisie, que cela rend plus claire une situation qui ne l'était pas totalement, que déjà aujourd'hui, le patron de France Télévision est indirectement subordonné au président car nommé par le CSA, qui dépend du gouvernement indirectement. Donc, comprenez-vous bonnes gens, on simplifie. Plus d'hypocrisie on vous dit ....
Hey, les mecs, on se réveille. Plutôt que de mettre fin à l'hypocrosie d'une situation plus ou moins claire en la rendant totalement limpide mais aussi inacceptable dans une démocratie mature, faites votre job et rendez indépendante la télévision publique ; certes soumise au contrôle d'un haute autorité type CSA, certes cliente des cahiers des charges co-discutés avec le ministère de la culture mais certainement pas hiérarchiquement dépendante de l'exécutif.

Argument n°3 : je réfute la suppression de la publicité.
Ok, on attend de la télévision publique qu'elle remplisse une fonction particulière. Alors, établissons un cahier des charges contractuels discuté non seulement par le gouvernement mais aussi par d'autres acteurs de la vis sociale française qui dictera clairement les prérogatives du service public. Très clairement.
Ensuite, que les annonceurs se positionnent. S'il souhaitent faire de la publicité qu'ils le fassent. S'ils trouvent au contraire que les programmes sont trop élitistes, ont une audience trop faible ou que sais-je encore, qu'ils s'abstiennent. Mais pourquoi se priver de plusieurs centaines de millions d'Euros ? Pourquoi ?
Je ne le comprends pas, d'autant moins ces jours-ci.

4 commentaires:

openid a dit…

Ne t'inquiète pas Isaac, elles ne sont pas perdus pour tout le monde ces centaines de millions d'euros ;)

Meredith a dit…

J'aime ton esprit critique !

Isaac a dit…

@ openid : if you say so ;)
@ Meredith : thx !

Anonyme a dit…

Moi perso je suis pour une privatisation totale de France Television et une supression de la redevance tele...