dimanche 3 juin 2007

XXth century masterpiece, Here is STICKY FINGERS


Faut l'imaginer en 33 Tours ... Pochette et visuels intérieurs signés Andy Wharol.

La pochete donc, à la Andy W., gros plan bien urbain en noir et blanc sur les attribus mâles du rocker, armés dans un jean's noir, et deux tampons "Sticky Fingers" & "The Rolling Stones" pour identifer l'objet.

L'Album des Stones selon Isaac ami lecteur.

Ok, et ce facétieux Andy déshabille notre rocker à l'intérieur de l'album, signant une photographie en couleur cette fois-ci d'un slip ambiance kangourou, dans des tons de saturation des couleurs que je qualifierais toujours de très urbain. Slip classieux puisque siglé Warhol ... Bref, le premier choc est visuel.

Face A. Deuxième choc, sonore. Electrique. Riff de Brown Sugar. Jamais rien entendu de mieux. C'est puissant. Parfait. Jagger chante comme un diable pervers du Rock'n Roll. Saxo, Chorus inspirés. Bill Wyman, le bassiste à l'avenant. Et la production est claire, simple au service du groupe. Wahou ....

Au fait, pour l'anédocte, Brown Sugar, c'est tout simplement le nom donné à l'héroïne ... quand le rock était encore une révolte iconoclaste, par Messieurs Keith Richards et Mick le Jag'

Ok, deuxième titre, Sway ... Voyons ça ... Intro de guitare poisseuse, et rale de Jagger. Welcome home to the Blues, mais version hallucinée. Un blues trempé dans l'acide, élevé aux excès et qui a le gout d'une bourgeoisie britannique qui sort de son milieu à la rencontre des anciens, Howlin' Wolff et Muddy Waters. Le kiff continue ami lecteur.

3. Wild Horses. Acoustique. Magnifique. Beau comme un dimanche matin. Je vous ai dit ? La production, c'est tout simplement miraculeux ... Je vous l'ai dit oui.

Prêt au KO ? Partez, Attaque du quatrième titre, Can't you hear me knocking. La meilleure intro de l'histoire du Rock : c'est dit, et si tu n'es pas d'accord, ami lecteur, Isaac te paie un Park Flower. Donc là, c'est juste le son pure et sale à la fois de Richards le pirate à son paroxysme. Soutenu par une section rythmique ébourifante. Et quand Jagger chante, c'est indescriptible. 20 Ans avant Nirvana, 10 Ans avant les pistols, les Stones ont mis le feu à la musique comme personne depuis Bach (référence pour toi ami lecteur assidu).

Et ça continu avec un blues très respectueux des codes du mississipi avec festival de slide et de voix en parallèle. Les Stones jouent la musiquent qu'ils vénèrent. Ils la jouent bien, très bien. Ces petits cons auraient presque mérité d'être black.

Face B. Pour les survivants.

Reboum, encore un rock endiablé. Riff simple et sacrément trippant. Franchement, cet album est une véritable bombe. Le titre s'appelle Bitch, inutile de vous faire un dessin. Et au moment où on s'y attend le moins, vlam on envoie les cuivres. Dieu en 1971 a du passer pas mal de temps à Londres.

Attention, on continue. "I got th blues". Là, on se dit qu'avec un titre aussi nul, on pourrait peut-être tenir un passage faiblard ? Perdu. C'est exceptionnel. Entame très douce. Une quasi ballade enfantine, puis les cuivres, puis Jagger, puis la mélodie qui s'installe, et qui est magnifique. I got the blues est un autre sommet de tension, contenue cette fois. Et c'est superbe. Parfait à nouveau. Ami lecteur, je réécoute chaque titre à l'écriture de cette note gargantuesque. En ce moment, passage d'orgue, wahou, again. ON en pleurerait (d'ailleurs on pleure, c'est fait pour)

Et ensuite le morceau que j'attendais avec impatience, vous allez comprendre pourquoi. Siter Morphine (!!!), coécrit par Jagger, Richards et Marianne Faithfull. Ce titre est un chef doeuvre à lui tout seul. Et intégré à son album d'origine, c'est mieux encore. Chaque écoute vous colle un uppercut, c'est assez dingue.

Pour être juste, je ne parviens pas à écouter quoi que ce soit après cet enchainement de 8 titres, magnifiquement conclu par notre soeur morphine (que je vénère tant...).

Il reste 2 titres. A vous de me dire. Je ne peux plus.

12 commentaires:

Anonyme a dit…

très belle émotion qui passe par cette note, çà donne evie d'écouter un joint à la bouche, la fumée flottant vers tes narines, petit fumeur de havane :-)
j'adore la pochette, du boogie night, saturday night fever..même un petit clin d'oeil à Tracy L
....
VT

Isaac a dit…

thx a lot ...

rodin a dit…

tout à fait en phase...

Grand grand fan de cet album..

françois a dit…

Lu et complètement approuvé. I know exactly what you mean, man.
Le pire, c'est que ces mecs ont fait aussi bien sur d'autres galettes. Mon préféré du moment c'est l'enchainement Stray Cat Blues plus Sympathy for the devil

Antonin a dit…

ET ca continue encore, la 9 c'est dead flowers de la country à la mode stones qui est enorme aussi. (En plus c est dans la BO The Big Lebowski...)

Elo a dit…

Wow je suis essouflée après avoir lu cette critique. Pas souvent qu'on lit un critique personnelle et qui n'espère pas sonner comme les inroks !
Maintenant il me faut ce disque pour mettre le son sur les images.

Sandraparker a dit…

c'est un des albums que je préfère!
et mick Jagger même en tous petit dans sa combi bleu on dirait superman de loin

Sandraparker a dit…

c'est un des albums que je préfère!
et mick Jagger même en tous petit dans sa combi bleu on dirait superman de loin

Isaac a dit…

@ Rodin : Remember le Stade de France mon Ami !
@ François : Pas dégueu non plus effectivement...
@ Antonin : tout à fait juste !
@ Elo : il te le faut de toute urgence (je ne lis pas les inrocks)
@ Sandra : Quand les hommes et les femmes convergent ... tout arrive ;)

sarah a dit…

cet album est genial !!!
Tres belle ode soit dit en passant...

Anonyme a dit…

@ Sandra : Quand les hommes et les femmes convergent ... tout arrive ;)

4 juin 2007 20:45

J'ai du mal avec les verges moi :p

Anonyme a dit…

Très bonne critique pour un très grand album si ce n'est le plus grand, des cailloux roulants.