mardi 19 juin 2007

God save the Queen


Elisabeth II a annobli Salman Rushdie. Dorénavant, il faudra donc donner du Sir à l'écrivain britannique d'origine indienne.

La reine, bien entendu, savait qu'une telle nomination susciterait des réactions hostiles de la part des fondamentalistes musulmans. Ce qui n'a pas manqué.

Ceux-là sont donc bien au rendez-vous, qu'il s'agisse de manifistation de rue au Pakistan où des manequins représentant l'écrivain et même la reine ont été brulés ou qu'il s'agisse des hautes autorités iraniennes ou pakistanaise. En résumé, elles nous expliquent qu'une telle décision à propos d'un personnage "controversé" ne peut que justifier des réactions violentes.

Isaac n'aime pas les fondamentalistes.

1/ Ce personnage n'est pas controversé, c'est un écrivain. libre.

2/ Rien ne justifie la violence religieuse bien évidemment : il s'agit là d'un point de vue non pas de la morale religieuse, mais de la morale démocratique et laïque.

Laïcité que je défends au nom des droits de l'homme. Et j'en profite d'ailleurs pour défendre ici la loi contre le port du voile à l'école, qui me parait essentielle et très conforme à l'humanisme chiraquien.

Petite digression sur ce sujet de la violence au nom de la religion. Thème passionnant. JE ne fais pas partie des naîfs qui pensent que Dieu est Bonté et que donc il n'y a pas de violence possible au nom de la religion.
Bien entendu que les religions sont parfois violentes, et ce n'est pas leur faire insulte que de le dire. Une religion n'a pas vocation à être un humanisme. Dieu fait s'abattre sur l'Egypte des plaies d'une grande violence, dans le religion musulmane, n'est -il pas aussi question de prosélitysme violent. So what ?

3 commentaires:

Rodin a dit…

Bien parlé mister Isaac...

Anne a dit…

ça me paraît difficile de ne pas être d'accord avec toi, non?

Isaac a dit…

Et bien, chère Anne, je ne suis pas certain qu'affirmer que nos grandes religions monothéistes ne sont pas des humanismes soit consensuel.