dimanche 22 février 2009

Des César, des ch'tis et de Benjamin


Dany Boon étale à travers les médias son immense peine et sa colère face aux choix qui ont été faits par l'académie des César. Les ch'tis ont été snobés et une seule nomination concerne le plus gros succès de l'histoire du cinéma français, celui du scénario original ... Quel scandale !
Quel scandale que les états d'âme de Boon. Pour qui il se prend le garçon ? Bergman ? Kubrick ? (jamais eu d'Oscar ces deux là remarquez).
Oui, son film a connu un grand succès populaire ce qui ne justifie pas pour autant qu'il soit célébré pour ses qualités cinématographiques. Il va falloir que notre ami Dany retrouve son sang froid et une humilité qui lui sierait davantage qu'une posture de boudeur public. Le clivage entre succès public et succès critique ne date pas d'hier et on n'en sortira pas ; et c'est tant mieux. Il en va de la diversité de la création qui répond à la diversité des attentes du public.
Je ne suis pas favorable à la création d'un César du public pas plus que de l'ajout d'une catégorie "Comédie". Pourquoi pas une catégorie "Mauvais Film" ou bien "Production vulgaire dont le scénario est fait de grosses ficelles" ?
Je profite de cet article sur le 7eme art pour vous recommander le dernier film de David Fincher (Zodiac et Seven entre autre), "L'étrange histoire de Benjamin Button". Film littéraire magnifique qui réussit à toucher au but sur des thèmes intemporels comme le temps qui passe, la force de l'amour, l'humanité.

1 commentaire:

Mister M a dit…

Rien que pour cet article, Isaac merite une place dans le jury des Cesar.