mardi 9 juin 2009

De l'indispensable leadership politique où les errances du PS


"Il nous faut refonder le parti ; Réfléchir sur notre modèle de société ; remettre à plat nos fédérations et bla bla bla et bla bla bla " Voilà certaines des grandes idées qui étaient suggérées par les dirigeants socialistes au soir de la déroute de dimanche dernier.


Mon sentiment ?


La raison de la déroute du PS ne vient du manque d'idée, de l'organisation de ce parti ou modèle de société proposé à ses électeurs. Il vient tout simplement qu'il manque un leader incontestable au PS.


Un homme ou une femme qui mette le parti en ordre de bataille, liquide les guerres de clans et règle le problème des partis qui fleurissent à gauche ou à droite du PS. Bref, un leader, charismatique auprès de ses pairs, de l'opinion publique et stratège politique capable des pires coups bas pour arriver à ses fins. Et cette fin dans la cinquième république, c'est la conquête de l'Elysée.


Et une fois cet homme (ou cete femme au commande) aux commandes, alors seulement les idées et le programme viendront mais ne nous y trompons pas. De toute façon, la différence droite gouvernementale- gauche gouvernementale est globalement connue par les Français non?

De tout temps, c'est comme ça que ça a marché. Un homme.

Meilleur exemple : Mitterrand. Inutile de discuter son charisme et son autorité. Inutile de remettre en cause ses capacité de stratège politique, capable de balayer ses adversaires "mou" comme Michel Rocard (qui aurait sans doute put faire un excellement président, mais n'aurait jamais pu être élu) et capable de réduire à néant le PC.

Un autre exemple ? A droite cette fois-ci, Sarkozy bien évidemment. Pas d'opposants ou de réel courant non sarkozyste à l'UMP. Le FN laminé, le nouveau centre rallié à l'UMP et muselé à l'assemblée, quant à l'ouverture, elle agit sur le PS comme un picador sur un taureau dans une arène...

Je ne dis pas qu'il faille se réjouir de la nécessité du chef. Mais c'est ainsi, et l'ignorer comme feint de le faire le PS, c'est se mentir.

Alors ? Qui ? Je ne vois qu'un candidat crédible, à qui manque peut-être la dimension du machiavélismene politique mais qui en 2012 bénéficiera d'une aura immense à l'issue de son mandat de patron du FMI : DSK.

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Il me semble que la déroute du PS tient au fait, justement, que les électeurs se sont aperçus que sous les valeurs que le PS a toujours prétendu défendre, il n'y a que machiavélisme et guerre de clans. Les valeurs sociales n'y apparaissent plus que comme une façade de papier.
S'il nous faut un Machiavel charismatique, il nous en faut surtout un qui incarne réellement les valeurs qu'il entend imposer.

LP

Anonyme a dit…

A gauche, contrairement a la droite, il n'y a pas cette culture du chef derriere lequel on se range. D'ou la difficulte quasi-structurelle a en faire emerger un reel leader. Mitterand fut bien la seule exception. J'ai meme des doutes sur la faculte de DSK a effectuer ce tour de force.
FB

Anonyme a dit…

Ah non, pas un sioniste de plus au pouvoir!

C'est marrant "Isaac" que tu sois interessé par DSK ???!!!

Isaac a dit…

Vive la liberté d'expression qui permet aux cons de disposer de l'espace suffisant pour étaler leur esprit vide et stupide : je me refuse a toute censure qui serverait leur cause.

Anonyme a dit…

Joliement dit Isaac !

M.

Anonyme a dit…

cher isaac,
à la vue du nombre de commentaires postés je veux croire qu'il auront suffi à étancher ta soif d'amour.
je me permet donc un commentaire. il y a bien 2 choses distinctes que sont le programme politique (ce que l'on fera une fois au pouvoir) et comment être en position de l'appliquer (conquérir le pouvoir). sur le premier point je ne reviens pas, les idées ne manquent pas, contrairement à ce que l'on entend parfois. sur le deuxième point (conquérir le pouvoir), il y a des règles du jeu en France aujourd'hui : c'est la démocratie d'opinion (médiatique/directe/permanente). La question que tu poses sur le leadership adresse directement cet état de fait : comment adapter l'organisation d'un parti politique aux règles du jeu en vigueur. Il est probable que les institutions du PS aujourd'hui répondent mal à cette exigence : ultra parlementarisme, proportionnelle intégrale dans les instances, … tout cela ne facilite pas l'émergence d'un chef derrière lequel tous se rassemblent et qui pourra jouer à ce jeu médiatique (à moins d'un courant majoritaire ou d'un fin stratège charentais). certaines voix réclament déjà l'abolition du fonctionnement par motion, la mise en place de proportionnelle avec prime majoritaire (celui qui arrive en tête gagne la moitié des sièges et une proportion des sièges restants)… ce qui devrait aider à faire émerger un leadership plus conforme aux règles du jeu dont nous parlons. mais j'aime aussi penser qu'une deuxième voie est possible : pourquoi ne changerions nous pas la règle du jeu ?
amicalement, avec le rire de Sara

Anonyme a dit…

"Isaac",

Mon message est sérieux, imagine qu'on laisse les esprits éclairés - comme toi - nous guider notre mode de vie, qui on doit élire, comment on doit penser, et imagine que si on s'oppose à eux on est des imbéciles, cons, alors qu'en est-t-il de la vrai liberté d'expression ?

C'est du concrèt, ça se passe comme ça avec des intellectuels comme BHL, Finkelkraut, Zemmour, etc.

Anonyme a dit…

@ l'anonyme ci-dessus:
tu ne sembles pas avoir compris qu'Isaac ne te traite pas de con parce que tu t'opposes à ses idées (même si Isaac est un grand batailleur;)), mais parce que ton propos, qui ne ressemble en rien à un argumentaire éclairé, transpire un antisémitisme non argumenté et hors de propos.
A moins que tu ne fasses semblant de ne pas avoir compris et cherches seulement la bagarre?

LP

Isaac a dit…

@ Sara : je suis certain que ta connaissance des rouages internes du PS est tout à fait juste, et ceci explique cela.
Quant à rêver à changer les règles du jeu, je serais sans doute le premier à applaudir, mais cela me semble assez utopique.

@ LP : dans le mille ;)

@ Dieudonné : tu vois, le commentaire est publié. N'aies pas peur mon petit. Je ne censure pas. Et vraiement toutes mes excuses pour le "con" laché .... je ne pensais pas que tu étais une petite nature impressionable.
En tout état de cause, tu t'exprimmes ici, et je suis certain que chacun, du coup est convaincu que tu es bête à manger du foin. (c'est plus gentil non?)

Anonyme a dit…

"Isaac"

Etale ta haine, je ne te suivrai pas, mais tu me rassures sur ta susceptibilité. Tu fais parti de ceux qui confondent sionisme et anti-sémitisme, par pure susceptibilité.

Au fait, évitons les sous-entendus : es-tu juif ou pas ?

Ne me fais pas la réponse que ça ne me regarde pas, et soyons sincères : l'appartenance communautaire est un préalable à une compréhension de certains points de vue. Est hypocrtite celui qui dit qu'il est totalement "neutre", "transparant", "intègre", "coutois", "démocratique","non biaisé","indépendant". Son appartenance est en lui.

Si tu es juif, tu parais en tout cas bien intégré, mais ce qui te différencie quand même et ce qui m'intéresse, c'est les choses que tu sais en étant juif que les autres ne savent qu'elles sont en toi, qui sont moteur de certaines de tes pensées. Encore une fois
cette éventuelle "judéité", c'est ce qui m'intéresse.

Au fait j'admire Diedonné qui n'est pas antisémite, en tout cas je le suis certainement moins que lui.

On verra si tu continues la non-censure (tu en parles tellement que ça te démange ou quoi ?)...

Anonyme a dit…

"LP"

Sors de ta confusion un instant et médite mes propos, tu verras qu'il y a un argument qui s'oppose à ses idées, il est là sous forme d'interrogation :

ne cerais-ce pas parce que tu es juif "Isaac" et/ou sioniste que tu penches vers DSK?

Si la réponse est non, de manière argumentée, alors l'auditoire pourra éliminer cette possibilité et poursuivre l'argumentation. Si la réponse est oui ,alors dans ce cas également la question posée n'est pas hors contexte, au contraire.

Isaac a dit…

@ Dieudonné : La censure est sans doute plus une préoccupation chez toi que chez moi.

Je laisse LP répondre s'il le souhaite. Dommage, je m'en serais chargé avec plaisir.

Quant à répondre à tes injonctions sur ma judéité ... Vraiment, tu me laisses rêveur cher Dieudonné.
Je crois tenir là le sujet d'un prochain article, merci pour ça.

Rom1 a dit…

Peut-on parler de déroute avec 60% d'abstention ? Oui celle de tous nos politiques ... Ils n'ont jamais réussi à susciter un interêt européen palpable chez les français .D'ailleurs je pense qu'ils en sont dénués eux-même.

Romain