mercredi 6 mai 2009

De 2 ans de Sarkozy à l'Elysée


Paradoxal anniversaire. En effet, les sondages montrent un désaveu du président Sarkozy : 59 % des Français regrettent d'avoir Sarkozy comme président d'après un sondage du JDD.

Cette désafectation est incarnée au delà des sondagestrès concrètement par de nombreux mouvements corporatistes :

Université,

Hopital,

Parlementaires UMP ;)
Gardiens de Prison,
Internautes
Magistrats ... j'en passe.


Et pourtant, et c'est inédit, l'UMP devance le parti socialiste dans les intentions de vote pour les prochaines élections européennes. : 26,5 % contre 22,5 dans un récent sondage IFOP. Le PS doit donc être en bien mauvaise posture pour ne pas recueillir les fruits du mécontentement des Français.

Alors ? Sarkozy finalement ne s'en sortirait donc pas si mal et je suis certain qu'il préfère très largement une victoire électorale à de bons sondages. Curieux sondages pour cet anniversaire ...

A l'occasion de ces deux années, la question se pose aussi de la rencontre entre un homme, le président, et une nation. Très critiqué pour son exercice du pouvoir, Sarkozy en fait n'est-il pas jugé par les élites selon des critères "classiques" de l'exercice dudit pouvoir ? Ayant totalement révolutionné la fonction présidentielle, ne faudrait-il pas aussi faire évoluer les attentes qu'on peut avoir de son président ?

Ou bien, ses opposants et observateurs ne souhaitant pas se résigner à cette (r)évolution de la lecture de nos institutions, ceux-ci attendent-ils de rétablir un exercice du pouvoir à la Chirac ? Est-ce vraiment cela que l'on veut ? Je l'ignore, mais en tout état de cause, il ne serait pas juste de reprocher à Sarkozy de ne pas avoir opérer la rupture invoquée tout au long de sa campagne, au moins pour la gouvernance du pays.


petite note finale : on peut néanmoins penser qu'un élément des deux ans de Sarkozy fera l'unanimité.
N'at-t-il pas incarné une révolution des moeurs ? Divorcé et remarié avec Cécilia, c'est une famille recomposée qui entre au chateau. Et re-divorce, et re-mariage quelques mois après. Voilà un homme qui est dans on époque, c'est le moins qu'on puisse dire. Et qui nous a apporté la plus belle première dame au monde ... et ce n'est pas rien !

5 commentaires:

Rom1 a dit…

En même temps si la seule chose qui mette d'accord tout le monde sont les gambettes de sa femme et sa manière atypique de gouverner c'est au moins aussi triste que la posture du PS. Alors rupture sur la forme pourquoi pas mais sur le fond on en est où ?
C'est drôle que tu fasses référence à sa campagne en ayant retenu la parti "rupture" et on omettant ( volontairement ? ) la partie "président du pouvoir d'achat"
Mais bon dormez tranquille Carla a de belles jambes la France va bien .

romain

Isaac a dit…

Sur le président du pouvoir d'achat, la loi sur les heures sup' va définitivement dans le sens de ses promesses. Très bonne chose que de tenir ses engagements non ?

Anonyme a dit…

Alain Badiou écrit en 2007 : "Récapitulons les cinq traits formels qui définissent le transcendantal pétainiste.
Premièrement, la désorientation obtenue par le renversement explicite du contenu réel de
l'action de l'Etat : révolution là où il y a réaction, régénération quand on capitule, nouvelle
liberté quand on est au comble de la servilité.
Deuxièmement, le thème anti politique de la « crise morale », qui accable le peuple, et donne
les mains libres à l'Etat pour organiser de nouvelles formes de répression.
Troisièmement, le motif de l'événement néfaste, origine et symbole du déclin moral,
événement qui est toujours un épisode marquant des tentatives ouvrières et populaires
(révolution, Front populaire, Mai 68).
Quatrièmement, la fonction paradigmatique, la valeur de modèle de redressement, des figures
les plus marquantes de l'extrême réaction à l'étranger.
Cinquièmement, les différentes variantes de la supériorité de notre civilisation sur des
populations étrangères (Les Africains par exemple), mais aussi des « minorités » internes (les
jeunes Arabes, par exemple).
Au vu de ces cinq critères, nous dirons sans hésiter que Sarkozy relève du transcendantal
pétainiste."
amicalement, avec le rire de Sara

Isaac a dit…

Très remarquable commentaire chère Sara
Mais ce bon Alain Badiou, certes icône de la rue d'Ulm n'en reste pas pas moins un communiste dont tout le monde sait qu'ils dévorent des enfants ...

Anonyme a dit…

Ne serait-tu pas Atlantiste, d'après ton nom d'origine juive?
Et donc interessé par Sarkozy et les Etats-unis ?

J'ai un doute