dimanche 24 février 2008

Back on Blogging. Obama, Clinton or McCain ?


Un long silence, c'est fait pour être brisé.

Je reprends donc ma plume à la faveur d'un sujet qui passionne non seulement les US mais aussi le monde entier : la campagne présidentielle américaine.


Les médias français comme tous les 4 ans témoignent assez largement des primaires qui précèdent l'affrontement final entre le finaliste du GOP et celui des démocrates. Et j'ai l'impression que comme il y a 4 Ans, les médias suivent davantage les acteurs démocrates que les républicains.

Je leur accorde que le duel est plus passionant coté démocrate : Clinton et Obama sont en effet au coude ou coude, alors que l'investiture républicaine est promise au sénateur McCain depuis le super tuesday qui a vu son dernier adversaire crédible, Mitt Romney baisser les armes, comme Giuliani l'avait fait auparavant.

Neanmoins, mon petit doigt me dit que la France est démocrate. Nous avons été toujours anti-Bush, peu convaincus par Reagan, effrayé par Nixon. C'est ainsi depuis toujours.

Des sondages ont d'ailleurs été menés en France, qui voyait Obama se distinguer comme le prétendant le plus apprécié des Français.

Certes, supporter Bush, c'était tout de même très difficile. Néanmoins, une fois élu, il aurait été peut-être souhaitable de ne pas gloser sur le choix abérant des électeurs américains en 2004. C'est ça la démocratie. Les électeurs choisissent. Que cela plaie ou non aux Français qui savent tout mieux que tout le monde et qui oublient peut-être un peu vite que les US sont en guerre depuis plusieurs années. Ca complique peut-être sensiblement les certitudes que nous pouvons avoir sur ce pays à 6000 kms de Paris.

Après avoir passé quelques jours aux US, où j'ai eu l'immense joie d'assister au spectacle incroyable de la politique tel que MsNBC, Fox ou CNN le présente, j'ai pu me faire mon opinion sur les 3 derniers candidats susceptibles de l'emporter en Novembre. Et il se porte sur John Mc Cain.

Un neoconservateur, opposant politique à Bush lors des primaires de 2000, mais qui avait du s'incliner alors, car pas assez "religieux".

McCain est un héros du Viet Nam, qui a survecu à 5 ans de détentions, de tortures. Un homme qui a sa retraite de la Navy a commencé une carrière poltique dans le camp républicain dont il dit : « Je suis Républicain. Je suis fidèle au parti d’Abraham Lincoln et de Théodore Roosevelt. Et je crois que mon parti, d’une certaine façon, s’est éloigné de ces principes. »
Isaac soutient donc McCain.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

cher issac,
brillant exposé, beaucoup de rigueur et d'impartialité.
impressionnant et impressionnant

mupé a dit…

J'ai un peu de mal à supporter un va-t-en-guerre comme McCain (supporter indéfectible de la guerre en Irak, partisan d'une réaction musclée contre l'iran et la corée), contre la légalisation de l'avortement par la Cour suprème, contre une amérique laïque... Sans oublier sa versatilité sur l'économie
Mis à part sur le domaine religieux, il ressemble beaucoup à Bush, n'était-il pas soutenu par les neo-conservateurs contre bush en 2000 ?
Donc non merci

Anne a dit…

Je suis heureuse de voir Cai Guo-Qiang à l'honneur ici! (Rien à voir avec McCain, certes. Mais vu que la politique à l'américaine donne abondamment dans le grand spectacle, j'aime autant aller voir des expos!)

Isaac a dit…

@mupé : des arguments très justes je le reconnais.
@anne : u're welcome

Anonyme a dit…

mccain sans façon

aussi peu intelligent que bush alors vive la démocratie, oui quand on peut voter pour des betes, des politiques au regard de bovins comme notre président alors oui vive la démocratie

soutenir mccain quand on est en france, ça sent le mec engagé comme soutenir obama ou clinton

mais de toute façon ici il n'est que question de consensuel

à part quand l'auteur de ce blog se permet quelques envolées ordurieres contre ce qu'il déteste

bref sans trop d'intéret, mm si je me permet de laisser un commentaire laissant une empreinte, vite effacée je présume

bien à vous

Isaac a dit…

@ anonyme : pas effacé votre commentaire.
même si la publication anonyme sur des propos de cette teneur n'est pas très courageuse.